Projet d’appui au développement de la Commune urbaine de Diego-Suarez (PADSU-I)

Le Projet PADSU (projet d’appui au développement de la Commune urbaine de Diego-Suarez), est co-promu par les ONG CIDR et Territoire et Développement (T&D). Dans le cadre de l’AIDR (Alliance Internationale de Développement et de Recherche), dont HARDI, FIDEV, CIDR et T&D sont membres, ces dernières ont demandé à FIDEV d’appuyer le projet sur le plan économique.

Ainsi, FIDEV a appuyé ce projet. L’appuie consiste essentiellement à promouvoir les activités économiques pour les femmes chefs de ménages et jeunes défavorisés de la Commune urbaine de Diego. Elle consiste essentiellement à étudier et identifier les activités économiques adaptés au public, monter un mécanisme de financement, former les acteurs concernés pour mettre en œuvre le projet, suivre les réalisations.
Le projet touche 6 fokontany de 25.000 habitants dans la commune urbaine, soit 6.000 bénéficiaires directs

Budget: 650.802 euros, sur financement Région Picardie (17%), Commune urbaine de Diego (4%) et AFD/FISONG (79%)
Durée 30 mois
Objectif global Concevoir et mettre en œuvre une politique communale de lutte contre l’exclusion et les inégalités sociales et économiques
Objectifs spécifiques : – Favoriser l’inclusion des femmes et des jeunes particulièrement défavorisés à la gestion des affaires publiques locales.
– Reduire, de manière durable, les phénomènes d’exclusion sociale et économique sur les six quartiers-fokontany les plus défavorisés de la ville de Diégo-Suarez.
Groupes cibles : – La commune Urbaine de Diégo Suarez, via sa DAS (Direction des affaires sociales)
– Les femmes et les associations de femmes.
– Les acteurs spécialisés dans la promotion sociale des femmes.
Zone d’intervention: Commune Urbaine de Diégo-Suarez dans la Région de Diana : 6 fokontany (quartiers) périphériques défavorisés avec 26.100 habitants

Résultats :

1.Diégo-Suarez dispose d’une politique communale de développement social urbain et de lutte contre l’exclusion appliquée au six fokontany périphériques les plus défavorisés de son territoire
2.Des instances pérennes de gouvernance locale, impliquant les femmes et les jeunes, fonctionnent dans chacun des quartiers en dialogue permanent avec la commune urbaine
3.Des actions dans les quartiers, répondant aux besoins de base des populations, sont réalisées et durablement gérées sous maitrise d’ouvrage de la CU
4.Des initiatives socio-économiques individuelles et collectives des femmes et des jeunes sont soutenues et mises en œuvre
Les acquis du projet sont évalués, capitalisés et partagé

Avec l’utilisation du FAIE (2012-2015)
Le processus suivant est testé :
– Identification des initiatives sociales et groupements économiques dans les quartiers
– Appel à manifestation d’intérêt, identification des structures relais
– Elaboration des dossiers d’appels d’offres,
– Mise en place de comité d’attribution au niveau Communal
– Analyse approfondie des initiatives. Montage de projet, présentation des projets au comité d’attribution.
– Accompagnement dans la mise en œuvre
– Suivi-évaluation par la cellule d’appui / les animateurs du territoire

Financement :
– Une partie du financement est subventionnée (fonds de roulement), et l’autre partie renforce le capital mais à restituer (à taux zéro, pour l’équipement).
– Le projet est intervenu auprès de trente-sept (37) promoteurs et promotrices, dont neuf (09) groupes.
– Total du financement : 41.433.050 Ariary dont 26.649.500 Ar (64%) à titre d’investissement à rembourser et 15.208.550 Ariary (37%) à titre de fonctionnement (subvention).
– Minimum : 708.000 Ariary, Maximum : 9.160.000 Ariary

Changements créés

FIDEV se positionne sur l’appui économique des initiatives :
Préparation à l’inclusion financière de 40 femmes et jeunes dans les quartiers, formation et accompagnement des 40 microprojets, financement d’activités et appui aux équipements, à l’organisation interne, au système minimal de comptabilité et à la recherche de débouchés